La Vision du CREAA

Vous êtes ici : Creaa » Bienvenue sur le site du CREAA ! » La Vision du CREAA

Notre vision

Nous sommes sur Terre pour être heureux. Point.
Toute l’organisation sociale devrait y contribuer. Et il ne s’agit pas ici seulement de politique, mais aussi d’économie, d’éducation, de santé, de science, de technologie, de recherche, de travail, d’énergie, d’écologie, de justice, de commerce, d’alimentation. Bref, tout ce qui, de près ou de loin, a une influence sur les personnes.
L’objectif final de chaque activité humaine devrait être: le bonheur de tous et le bonheur de chacun.
Pour être heureux, il faut entre autres vivre en Sécurité, notamment financière, et en Liberté, notamment de créer et d’entreprendre. De là deviendront possibles la réalisation du potentiel de chacun et la solidarité sociétale.
En tant que groupe indépendant de réflexion, le CREAA veut donc proposer une vision à la fois réaliste et avant-gardiste de l’évolution de l’humain et de l’avenir de la société, via des propositions d’actions destinées aux décideurs, aux milieux d’action sociaux, politiques, économiques ainsi qu’aux citoyens.

Notre credo

Toute société est la résultante des personnes qui la composent.
Ou, plus exactement: toute société est la résultante des systèmes de croyances des personnes qui la composent.
Vous avez sans doute déjà entendu parler de certains indicateurs économiques et sociaux. Par exemple, parmi pas mal d’autres:

  • Le PNB (Produit National Brut). Il mesure la production annuelle des biens et services marchands générés par un pays.
  • Le PIB (Produit Intérieur Brut). Il mesure l’activité économique d’un pays, ne prenant en compte que les biens et services de consommation et les biens d’équipement. Le PIB par habitant est utilisé comme indicateur du niveau de vie, en mesurant le pouvoir d’achat. Ce sont les variations du PIB qui sont communément utilisées comme indicateur de la croissance économique.
  • Le BNB (Bonheur National Brut). Vous avez sans doute entendu parler du Bhoutan, un pays de 700.000 habitants situé entre l’Inde et la Chine. Il est devenu célèbre parce que son gouvernement soutenu par le roi Jigme Singye Wangchuck a révolutionné le monde des indicateurs économiques et sociaux en instaurant le BNB, qui tente de définir le niveau de vie en fonction d’aspects plus humains que la plupart des autres indicateurs classiques.

Dans le cadre de l’Approche de l’Alignement, nous utilisons:

  • Le BPS (Bonheur Planétaire Systémiste). Cet Indice est basé sur le Systémisme. Pour le définir, il faut d’abord parler de l’égoïsme et de l’Oblativité, c’est-a-dire les 3 types d’attitudes dans les rapports entre personnes, en prenant comme critère la satisfaction des Besoins.
  • L’Égoïsme: Je est plus important que Tu. La personne pense principalement à la satisfaction de ses besoins, quitte à négliger ceux des autres.
  • L’Oblativité: Tu est plus important que Je. La personne pense principalement à la satisfaction des besoins des autres, quitte à négliger les siens.
  • Le Systémisme: Nous englobe Je et Tu. La personne tient compte des besoins de tous les protagonistes dans une situation donnée, elle-même et les autres. Elle respecte la place de chacun et contribue à ce que les besoins de tous et de chacun soient satisfaits. Autrement dit: à ce que tout le monde soit heureux.

Le Systémisme semble donc être un critère primordial dans l’élaboration d’un Indice de Bonheur Planétaire Systémiste

Notre mission

Le CREAA souhaite donc, à travers les grilles de lecture de l’Approche de l’Alignement,

  • contribuer à l’instauration du BPS (Bonheur Planétaire Systémiste)
  • voir la personne et le monde d’une manière radicalement différente, positive et optimiste
  • proposer des idées pour faire évoluer la société, innovantes, simples, pragmatiques, réalisables à court terme
  • avec votre aide, les mettre en œuvre, maintenant, ensemble, autrement.

Parce que, dans notre monde actuel:
De la conscience vient l’indignation.
Après l’indignation vient la réflexion.
Du cœur de la réflexion vient l’action.
Et par l’action vient le changement.
Sans réflexion, il n’y a que des réactions, pas d’action, donc pas de changement.

Notre ancrage

Le CREAA propose un projet vaste, ambitieux et enthousiasmant, ancré dans la ligne du temps:

  • apprendre du passé
  • vivre le présent
  • construire le futur.

Pourquoi le nom de domaine de notre site se termine-t-il par .be et pas par .eu, .net ou .org? Parce que le CREAA a un ancrage belge et plus particulièrement bruxellois. Hasard? Peut-être pas… La Belgique est, par le brassage des populations qui s’y sont rencontrées au fil des siècles, une terre de multiculturalité et donc de grande fécondité d’idées. Bruxelles est, selon Alain Gaillard dans le magazine Le Vif, « une capitale culturelle rebelle, frondeuse dans l’âme, rétive aux académismes et accueillante aux avant-gardes les plus audacieuses ». Voici quelques exemples qui illustrent cela… C’est là que Victor Hugo y écrivit Napoléon le Petit, un pamphlet à l’encontre du futur Napoléon III. C’est là aussi que se sont épanouis la fine fleur des surréalistes ainsi que le Groupe des Vingt et le mouvement Cobra… C’est là que Vincent Van Gogh a trouvé acquéreur pour la seule toile qu’il ait vendue de son vivant. C’est là aussi qu’a vécu Marie Popelin, la première femme docteur en droit de Belgique qui, après qu’on lui ait refusé le droit d’exercer en tant qu’avocate, parce qu’elle était une femme, est devenue une féministe très active. Actuellement, la Belgique joue un rôle créatif, innovant, avant-gardiste, dans divers domaines comme la mode, la télévision en relief, la gastronomie, les arts du spectacle, la recherche en bio-technologie,… Le CREAA espère pouvoir s’inscrire dans cette tradition par l’originalité de ses idées et la pertinence de ses recherches.